Montreuil-sur-Mer > Présentation et historique de Montreuil-sur-Mer

Présentation et historique de Montreuil-sur-Mer

Montreuil-sur-Mer, ville historique et de patrimoine

Parlons un peu d’histoire
Surplombant la vallée de la Canche de 40 mètres, Montreuil-sur-Mer a hérité sa vocation de place forte grâce à cette position géographique privilégiée. Née d’un petit monastère,
« Monasteriolum », devenu axes de circulation : une rivière, la Canche et une route terrestre. Déjà fortifiée à la fin du 9ème siècle et rattachée au domaine royal en 987, Montreuil devient jusqu’en 1204 le seul port de mer des Capétiens. Afin de protéger cette ouverture maritime de premier plan, Philippe Auguste édifie au début du 13è siècle un puissant château royal et renforce l’enceinte urbaine. Montreuil exporte alors ses draps dont la renommée rivalise jusqu’en Italie avec ceux de Flandre et d’Artois.

A la fin du Moyen Age, l’ensablement de la Canche et la Guerre de Cent ans entraînent le déclin de la ville. Pendant deux siècles, Montreuil ne joue qu’un rôle mineur avant de devenir un pion essentiel dans la défense du royaume face aux terres des Habsbourg. En juin 1537, les troupes de Charles Quint et d’Henri VIII mettent la ville à sac. François 1er ordonne aussitôt la construction d’une enceinte urbaine complétée, trente ans plus tard, par une citadelle édifiée à l’emplacement du château médiéval.

Le 18ème siècle renouvelle le visage urbain de Montreuil. Les établissements et édifices religieux sont entièrement rénovés et la ville haute s’orne d’une quarantaine d’hôtels particuliers. En 1804, lors du camp de Boulogne, le va-et-vient des troupes de la Grande Armée évoque à nouveau le destin militaire de la ville. Au 19ème siècle, les grands axes de circulation vers Paris, Arras et Boulogne se détournent de Montreuil. En 1878, l’inauguration de la ligne de chemin de fer Arras – Etaples et la construction de deux gares permet à la ville de sortir de cette situation d’enclavement.

Pendant la Guerre de 1914-1918, Montreuil renoue avec sa vocation de ville forte en accueillant le Grand Quartier Général Britannique avec les troupes du Maréchal Douglas Haig.

Façonnée au fil des siècles, au gré des épisodes historiques ou de modes de construction, cette ville fortifiée renferme l’une des plus belles pages de l’histoire du Nord-Pas-de-Calais. Dominée par la citadelle et ceinturée par 3km de remparts, la ville est surnommée à juste titre la « Carcassonne du Nord ». Sa belle robe de pierres enserre églises, chapelles, hôtels particuliers, rues pittoresques… Civils, religieux ou militaires, du Moyen Age à nos jours, ses monuments vous content l’histoire haute en couleurs de Montreuil-sur-Mer.

Les remparts
Selon la tradition, la première enceinte est construite au 9ème siècle par le Comte Helgaud II. Renforcée au 13ème siècle, elle subit une diminution notable au 16ème siècle après la prise de la ville par les Impériaux en 1537. On abandonne alors l’enceinte basse au sud-est. Errard de Bar Le Duc, Antoine de Ville et Vauban sont successivement chargés de la conforter. A l’ouest du dispositif défensif de la ville, le front de la Madelaine se compose de 5 tours circulaires du 13ème siècle et du bastion de Bouillon. Le front sud conserve 2 tours médiévales. A l’opposé, le front nord est percé d’une porte, la porte de Boulogne, reconstruite en 1828.

La citadelle
Tournée vers l’estuaire de la Canche, la citadelle s’est établie sur un promontoire qui domine de 40 mètres la vallée. Elle emprunte les bases d’un château royal construit par Philippe Auguste au 13ème siècle dont la porte en arc brisé encadré par deux tours massives est l’élément le mieux conservé. Au 16ème, la proximité de la frontière espagnole incite le roi Charles IX à construire une citadelle défendue par cinq bastions tournés vers la ville et la campagne. Remaniée à plusieurs reprises jusqu’à la fin du 19ème siècle, la citadelle est déclassée en 1929, trois ans après son classement au titre des « Monuments Historiques ».

L’abbatiale Saint-Saulve
Construite au 12ème siècle, l’abbatiale Saint-Saulve occupe l’emplacement d’un monastère plus ancien dédié à saint Walloy, fondé au 10ème siècle. Dans ses dispositions initiales, l’édifice présentait un plan caractéristique des églises de pèlerinage avec choeur à déambulatoire et chapelles rayonnantes. Reconstruite après le tremblement de terre de 1467, l’abbatiale est incendiée lors du siège de 1537 et perd définitivement son choeur, son transept et l’étage de ses fenêtres hautes. Dernier vestige de l’édifice du 12ème siècle, le bloc de façade est constitué d’une tour massive coiffée d’un clocher à lanternon au 18ème siècle. Son portail sculpté a été exécuté après 1467. Le trésor d’art sacré de l’abbatiale Saint-Saulve constitue l’un des plus beaux ensembles du nord de la France. Il conserve de magnifiques témoins de l’art religieux occidental du Moyen Age au 19ème siècle, parmi lesquels se distingue la plus ancienne crosse d’Europe.

Les rues pittoresques
Malgré les destructions et les défigurations subies au fil des siècles, Montreuil-sur-Mer se distingue également par l’ambiance qui règne dans ses nombreuses rues pittoresques, témoins d’un riche passé médiéval. Au détour de ces rues, vous ne serez pas sans croiser quelques promeneurs en quête d’évasion venus rechercher l’atmosphère romantique de la rue du « Clape-en-haut », préférant l’activité estivale des échoppes artisanales de la rue du « Clape-en-bas » ou tout simplement suivre les pas de Victor Hugo dans la célèbre « Cavée Saint-Firmin ».